Compte-rendu de la sortie du CMB à Jette, le samedi 18 mai 2013 - Guide : Jean Levêque

 

Participants : Véronique Horta, Jean Randoux, Jean Rommes, Arthur Vanderweyen, Sabyne Lippens.

Taxons : 28 taxons (27 champignons et 1 myxomycète)

 

Les zones cibles : La Réserve Naturelle du Poelbos, le Marais de Jette et le Laerbeekbos. Nous tenons d’emblée à remercier Jean Rommes pour ses précieux commentaires.

 

La Réserve Naturelle du Poelbos est accessible au public uniquement lors des visites guidées, avec comme corollaire étonnant, des nichoirs placés très bas puisque leurs occupants bénéficient d’une paix royale. Autre surprise, à quelques pas de l’entrée, une station monospécifique de gouets tachetés (Arum maculatum) sur plusieurs mètres carrés. Plus loin, nous notons la présence de quelques gouets d’Italie (Arum italicum) dressant leur spadice couleur de soleil, lequel brillera par son absence. Nous nous extasions aussi devant une consoude officinale (Symphytum officinale) haute de 1,50m. Ensuite nous faisons d’autres sympathiques rencontres, hautes en couleur, dont jacinthes des bois (Hyacinthoides non-scripta), herbes à Robert (Geranium robertianum) et lamiers jaunes au feuillage non panaché (Lamium galeobdolon). Enfin, c’est avec grand plaisir que nous croisons de jeunes ormes (Ulmus sp.) en pleine santé, la fougère scolopendre (Asplenium scolopendrium) et le sceau de Salomon (Polygonatum multiflorum) qui s’incline avec tant d’élégance. Seuls bémols exotiques dans ce tableau indigène, les Deutzia sp., symphorines (Symphoricarpos albus) et Weigelia sp., témoins de l’ancien jardin du château.

 

1.        Auricularia auricula-judae

2.        Polyporus varius

3.        Cylindrobasidium laeve

4.        Geoglossum cookeianum        à confirmer…

5.        Mycena acicula

 

L’étang de pèche du Poelbos, où flottent des feuilles de Nénuphars jaunes (Nuphar lutea), est protégé d’un enclos grillagé, juste derrière lequel poussent des pieds, mâles ou femelles, du rare Tamier (Tamus communis).

 

Chemin faisant vers la glacière où s’abritent l’hiver le vespertilion à moustaches (Myotis mystacinus) et l’oreillard roux (Plecotus auritus), deux espèces identifiées par Plécobrux (Groupe de Travail bruxellois des Chauves-souris), nous contournons une trentaine de plants de listère à feuilles ovales (Listera ovata).

6.        Polyporus squamosus

7.        Coprinus disseminatus

 

Ensuite, nous traversons une clairière bordée de pétasites hybrides (Petasites hybridus).

8.        Ganoderme lipsiense sur souche de peuplier (Populus sp.)

9.        Fomes fomentarius vraiment énorme

10.    Erysiphe cruciferarum (nom scientifique à confirmer), oïdium sur alliaire officinale (Alliaria petiolata) ; il s’agit de la forme asexuée productrice de conidies

11.    Puccinia sessilis, rouille (aux stades 0 et I) sur gouet tacheté (Arum maculatum), qui poursuit son cycle sur baldingère (Phalaris arundinacea)

 

Nous empruntons un court tronçon de la Promenade Verte Régionale qui épouse ici le cours sinueux du Molenbeek. Au-delà du ruisseau s’étend un pré où gambadent paisiblement des lapins communs (Oryctolagus cuniculus), visiblement habitués aux marcheurs et cyclistes.

12.    Trametes versicolor

 

L’accès au Marais de Jette s’effectue par un pavillon, normalement fermé au public. Là, un circuit en boucle nous attend. Mais, si certains caillebotis ont été recouverts d’un treillis pour éviter tout dérapage, d’autres ont été pris d’assaut par la végétation qui a très naturellement repris ses droits. Aussi, nous engageons-nous plutôt sur un sentier couvert d’un tapis de fleurs bien moelleux de faux-fraisiers (Duchesnea indica) et de Lierre terrestre (Glechoma hederacea). D’autres plantes herbacées à floraison plus tardive jalonnent le chemin : Bardane (Arctium sp.), Cirse maraîcher (Cirsium oleraceum), Menthe aquatique (Mentha aquatica) et le volubile houblon Humulus lupulus. Mais aussi, l’invasive verge d’or du Canada (Solidago canadensis), qu’il faut arracher chaque année.

 

13.    Coprinus micaceus

14.    Lycogala epidendron seul myxomycète de la balade

15.    Psathyrella conopilus au pied d’une grande aubépine (Crataegus sp.)

16.    Melampsorella symphyti, rouille déterminée par Arthur. Les urédospores jaunes (stade II) recouvraient entièrement la face inférieure d’une feuille de consoude officinale (Symphytum officinale). Les écidies (stade I) se formant sur Abies, il y aurait lieu de rechercher des sapins (Abies) dans les environs.

17.    Puccinia urticata rouille (stade I) sur ortie (Urtica dioica).

18.    Puccinia phragmitis rouille (stade I) sur oseille (Rumex sp.).

 

Près de la sortie, l’IBGE a placé un piézomètre destiné à mesurer la hauteur de la nappe phréatique. Nous quittons la zone des marais en même temps qu’un membre HYLA de Natuurpunt (le groupe de travail qui établit les relevés sur les amphibiens et les reptiles) qui suit notamment la population locale de couleuvres à collier (Natrix natrix).

 

Et maintenant, cap vers le Chalet du Laerbeekbos.

19.    Phellinus pomaceus (syn. P. tuberculosus selon Index fungorum) sur Prunus sp.

20.    Meruliopsis corium

21.    Panaeolus sp.

22.    Coprinus lagopus

23.    Bolbitius titubans sur mulch sous un noyer noir (Juglans nigra) au pied duquel gisaient ses petites noix très dures si caractéristiques.

 

Nous finirons ce splendide parcours par un petit tour dans le Laerbeekbos où le hêtre (Fagus sylvatica) semble majoritaire. Quant à la strate herbacée, elle s’était parée de ses plus beaux atours avec de remarquables tapis d’ail des ours (Allium ursinum) et une belle station de fougère aigle (Pteridium aquilinum).

24.    Hypholoma fasciculare

25.    Schizopora paradoxa

26.    Trametes pubescens

27.    Exidia glandulosa

28.    Ustulina deusta couvrant en partie plusieurs souches

 

Au terme de cette promenade printanière, chacun a le sentiment qu’une visite automnale vaudrait vraiment la peine d’être programmée l’an prochain. Toutefois, il conviendrait de choisir l’un des trois lieux d’exception afin de boucler le circuit en une demi-journée.

Sabyne Lippens

 

Compléments :

 

Ci-dessous, le message d’Arthur Vanderweyen qui a déterminé les rouilles.

« Cette excursion aura été fructueuse, sur le plan des rouilles.

1)  Puccinia sessilis sur Arum maculatum, stades 0 et I, ce qui indique qu'il y a de la baldingère (Phalaris arundinacea) pas loin.

2)  Melampsorella symphyti sur Symphytum officinale, stade II. Le stade I (écidies) est à rechercher sur Abies.

3)  Puccinia urticata sur Urtica dioica, stade I, récoltée par Jean Randoux. Stades II et III à trouver en été sur Carex.

4)  Puccinia phragmitis, stade I sur Rumex sp. Stades II et III à trouver sur Phragmites. »

 

 

Et le message de Jean Levêque qui a déterminé quelques insectes.

« Quelques petits souvenirs entomologiques de notre promenade :

Cassida vibex

Ethmia quadrilella

Phyllobius sp. faisant le mort

Lomaspilis marginata »

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

                                    Retour à la page d'accueil

 

 

                                                                                                                                                                   

 

Sortie mycologique du 18 mai 2013

Jette (Bruxelles)

Cercle de Mycologie de Bruxelles